Comment économiser sur son assurance automobile ?

Plusieurs paramètres sont à définir afin de pouvoir trouver la meilleure formule assurance auto qui convient à chaque individu. Tous les moyens sont bons pour réaliser des économies, souscrire la bonne assurance en est un excellent ! Il suffit pour cela de bien établir votre profil et de faire en sorte de trouver la compagnie d’assurance qui rencontre vos besoins en la matière.

Choisir selon l’utilisation de la voiture à assurer

La prime de base restant inchangée, les facteurs de risque peuvent, eux, varier et influer sur la valeur nette de la prime. Afin de connaître la hauteur de la prime annuelle chez l’assureur, il est important de pouvoir définir de quelle nature sont les déplacements pour lesquels le véhicule est mobilisé. Dans ce contexte, cette nature peut être privée ou professionnelle. Comment la reconnaitre ?
Un déplacement professionnel est celui où le véhicule est utilisé pour rendre visite à un client ou faire de la prospection, etc. Pour ce type de déplacement, l’assureur est en droit de connaitre les activités de l’automobile. En outre, pour certaines maisons d’assurance, la déclaration de ces mouvements est obligatoire.
Lorsqu’il est question d’un déplacement d’ordre privé, informer l’assureur ne constitue pas forcément une obligation. Il faut noter que le fait de conduire pour aller travailler appartient à cette catégorie. Dans ce cas spécifique, l’assuré est tenu de mettre au courant l’assureur de cet usage du véhicule.
Pour un véhicule utilisé dans le cadre du travail, l’étendue de la garantie est augmentée sous la description « à usage professionnel » dans le contrat d’assurance. Cela donne accès à une couverture intégrale. Pour un usage privé, l’assureur est chargé d’exécuter les garanties souscrites en cas de sinistre et est déchargé de toute responsabilité si l’assuré est à l’origine de l’accident.

Considérer l’expérience du conducteur

Constituer un profil à partir de son expérience en véhicule et son âge est utile pour estimer sa prime d’assurance. Confronté à la base de données de la compagnie d’assurance et à celle des organismes spécialisés, cela permet d’en évaluer le niveau de risque encouru et par conséquent, être en mesure de fixer une valeur exacte de la prime d’assurance.
Le nombre de jeunes automobilistes laissant leur vie dans les accidents de la route est énorme, cela signifie que les risques pris par l’assureur le sont tout autant. Aussi, ces risques sont traduits en majoration dégressive sur trois ans : 100 % en année 1, 50 % en année 2 et 25 % en année 3 ; considérant qu’avec les années et l’accumulation d’expérience de l’automobiliste, ils sont diminués.
Suivant cette même logique, l’astuce destinée aux nouveaux détenteurs de permis afin de réduire cette majoration est celle de suivre l’AAC ou apprentissage accompagné de la conduite. Après cela, il ne reste plus que deux ans majorés avec 50 % de la prime de base en année 1 et 25 % en année 2. Un conducteur resté plus de trois ans sans assurance auto subit par ailleurs la majoration de cotisation.
Si le conducteur est un sénior, certains termes du contrat d’assurance doivent être révisés puisque la retraite entraine souvent des modifications importantes dans son quotidien concernant les mouvements du véhicule. Par exemple, la couverture du trajet jusqu’au bureau peut être annulée. À la place, inclure une garantie assistance peut être plus utile et plus sécurisante.

Les autres points importants

Si le conducteur est sujet à un malus, deux options s’offrent à lui. Il peut par exemple réétudier la pertinence de certaines garanties pour alléger le coût de son assurance. Changer d’assureur est également une bonne alternative s’il existe des offres plus intéressantes. Faire attention à ne pas provoquer les accidents rend en outre nul le malus, mais cela, uniquement au bout de deux ans.
La prime d’assurance variera également en fonction de la densité des routes empruntées par le véhicule. En quartiers d’habitation, un trafic dense augmente les risques d’accident ; et le péril sur les voies départementales est tel qu’elles sont les scènes de 50 % des accidents mortels. Si le véhicule ne fréquente aucun de ces endroits pendant la durée du contrat, la prime revient moins chère.
À retenir ! Un risque élevé de sinistre expose l’assuré plus de majoration. Dans le cas où l’assurance couvre l’incendie et le vol, fréquenter des quartiers où le taux de criminalité est moindre est une décision sage. De même, garer sa voiture dans un parking sous-terrain, dans un garage ou dans un abri sécurisé permet de réduire la prime d’une manière considérable.
Pour faire baisser votre prime, convainquez votre assureur en achetant une citadine comme première voiture au lieu d’une voiture de sport, préférez un véhicule d’occasion si vous sortez rarement des villes. Par ailleurs, rouler au diesel est mieux considéré que rouler à l’essence si l’utilisation du véhicule est intensive.

Auteur de l’article : ACYadmin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *